omettre


omettre

omettre [ ɔmɛtr ] v. tr. <conjug. : 56>
• 1337; var. obmettre XVe-XVIIIe; lat. omittere, d'apr. mettre
S'abstenir ou négliger de considérer, de mentionner ou de faire (ce qu'on pourrait, qu'on devrait considérer, mentionner, faire). négliger, oublier, taire (cf. Laisser de côté, passer sous silence). N'omettre aucun détail. Omettre qqn dans une liste. Omettre de faire qqch. manquer. Elle a omis de les prévenir. Omettre que (et l'indic.). Vous omettez qu'il n'est pas au courant. ⊗ CONTR. Mentionner, 1. penser (à).

omettre verbe transitif (latin omittere, avec l'influence de mettre) Oublier ou négliger de faire quelque chose qui aurait dû être fait ou dit ; passer sous silence : Il a omis de signaler son absence. Ne pas comprendre quelqu'un, quelque chose dans une énumération, un ensemble : Omettre un auteur dans sa bibliographie. N'omettre aucun détail.omettre (difficultés) verbe transitif (latin omittere, avec l'influence de mettre) Conjugaison Comme mettre. ● omettre (synonymes) verbe transitif (latin omittere, avec l'influence de mettre) Oublier ou négliger de faire quelque chose qui aurait dÛ être...
Synonymes :
- faire abstraction de
- négliger
- passer sous silence
Ne pas comprendre quelqu'un, quelque chose dans une énumération, un ensemble
Synonymes :
- laisser de côté
- laisser tomber (familier)

omettre
v. tr. Passer, oublier, négliger; s'abstenir volontairement (de faire, d'agir). Omettre un mot dans une lettre. Omettre de saluer.

⇒OMETTRE, verbe trans.
A. —Ne pas faire ou ne pas mentionner, par oubli ou par négligence, quelque chose que l'on est censé faire ou mentionner.
1. Omettre + subst. ou pron.
a) Cour. Oublier ou négliger de mentionner (un ou plusieurs éléments). Synon. taire, passer sous silence. Alors, elle lui conta leurs amours. Dans un flot de paroles intarissables, revivant les moindres faits, s'animant à les revivre. Elle n'omettait rien, fouillait sa mémoire, ainsi que pour une confession (ZOLA, Rêve, 1888, p.137):
1. Une académie serait utile, composée d'une vingtaine d'écrivains —si on en trouvait vingt —ayant à la fois le sens phonétique et le sens poétique de la langue. Au lieu de rendre des arrêts par prétérition, au lieu de se borner à omettre, dans un dictionnaire inconnu du public et déjà démodé quand il paraît, les mots de figure trop étrangère, elle agirait dans le présent, et les formes refusées ou bannies par elle seraient proscrites de l'écriture et du parler.
GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p.102.
Emploi pronom. passif. Ce détail ne peut, ne doit pas s'omettre (BOISTE 1834).
[Le compl. désigne le nom d'une pers.] Oublier de citer (quelqu'un) dans un texte, une énumération où il aurait dû logiquement trouver sa place. Il lui témoigna son aversion, en l'omettant dans son testament, où il faisait des legs à tous ses amis (MICHELET, Hist. romaine, t.2, 1831, p.205). Cher vieux, Vallette me dit que je t'ai omis sur la liste des envois (GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1897, p.299).
b) Oublier quelque chose de manière généralement involontaire. En débouchant chez MM. Lafitte et Caillard, je m'aperçus que j'avais omis ma valise (LABICHE, Deux papas, 1845, I, 3, p.388). Mais la contrariété d'avoir omis cette brosse persista jusqu'à ce que le cocher, en s'arrêtant, rompit la chaîne de ces réminiscences et de ces regrets (HUYSMANS, À rebours, 1884, p.172).
c) Littér., emploi pronom. réfl. S'oublier, faire acte d'abnégation. Tous ces travailleurs (...) ont une similitude, et la voici: le désintéressement. Marat s'oublie comme Jésus. Ils se laissent de côté, ils s'omettent, ils ne songent point à eux (HUGO, Misér., t.1, 1862, p.856).
2. Omettre de + inf., omettre que + ind. Oublier, négliger de faire ou de mentionner quelque chose, délibérément ou non. Je viens vous souhaiter votre fête. Ce qui est bizarre, c'est que vous ayez omis de m'inviter (HERMANT, M. de Courpière, 1907, I, 11, p.10). Sans omettre que ces forages de tunnels minaient le sol dans tous les sens et menaçaient Paris d'effondrement (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p.30).
B. —Excepter, exclure.
1. [Le compl. désigne une pers.]:
2. Jusqu'alors j'avais tout incliné, vu tous s'incliner devant moi (si j'omets Dédale; mais il était mon aîné de beaucoup. Au surplus, même Dédale me fut soumis).
GIDE, Thésée, 1946, p.1450.
Emploi pronom. S'omettre de + subst. S'exclure (de):
3. ... on était agacé d'entendre accuser tout le monde, et probablement bien souvent sans aucune espèce de preuves, par quelqu'un qui s'omettait lui-même de la catégorie spéciale à laquelle on savait pourtant qu'il appartenait et où il rangeait si volontiers les autres.
PROUST, Temps retr., 1922, p.787.
2. [Le compl. désigne un inanimé] V. omis I B. Si l'on omet les théâtres qui, de toute tradition, ne ferment pas et continuent, les vacances, à jouer leur répertoire (MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p.722).
Prononc. et Orth.:[], (il) omet []. Ac. 1694: obmettre; 1718: obmettre ,,quelques-uns prononcent et écrivent omettre``; dep. 1740: omettre. Étymol. et Hist. 1. 1337 omettre «laisser de côté quelque chose» (Saint-Hilaire, Arçay, A. Vienne ds GDF. Compl.); 2. 1907 subst. masc. (Nouv. Lar. ill. Suppl.:omis. Terme employé pour désigner les jeunes gens qui, par omission, n'ont pas été inscrits sur les tableaux de recensement de leur classe). Empr., d'apr. mettre, au lat. omittere «laisser aller; renoncer à», comp. de ob «devant» et mittere «envoyer, laisser aller». Fréq. abs. littér.:283. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 387, b) 491; XXe s.: a) 367, b) 387.

omettre [ɔmɛtʀ] v. tr. [CONJUG. mettre.]
ÉTYM. 1337; var. obmettre (XVe-XVIIIe); du lat. omittere, d'après mettre.
S'abstenir ou négliger de considérer, de mentionner ou de faire (ce qu'on pourrait, ce qu'on devrait considérer, mentionner, faire…). Laisser (de côté), oublier, passer (sous silence), taire (→ Assurer, cit. 86, Descartes). || « Je vais sans rien omettre et sans prévariquer… » (→ Compendieusement, cit. 1, Racine). || Omettre l'essentiel (→ Inopérant, cit. 2). || N'omettre aucun détail. Abstraction (faire). → Hors, cit. 31. || Omettre qqn dans une liste, une énumération.Omettre de faire qqch. (→ Distraction, cit. 5). || N'omettez pas de… Manquer. || Omettre de lire un passage dans un livre. Sauter.Omettre que (et l'indic.).Pron. || Dans ce cas, la négation ne (cit. 15) devient superflue et s'omet.
1 Mais quoique les autres choses que j'ai à vous dire ne me laissent pas le loisir d'entrer bien avant dans cette matière, je ne dois pas omettre en ce lieu qu'il a été longtemps confesseur de feu monseigneur le duc d'Orléans, de glorieuse mémoire.
Bossuet, Oraison funèbre R. P. Bourgoing, I.
2 Il y a un certain nombre de phrases toutes faites (…) dont l'on se sert pour se féliciter les uns les autres (…) Bien qu'elles se disent souvent sans affection (…) il n'est pas permis avec cela de les omettre (…)
La Bruyère, les Caractères, VIII, 81.
3 Hideuses et froides, ces caricatures ne manquent pas de cruauté, mais elles manquent de comique; pas d'expansion, pas d'abandon; le grand artiste (Léonard de Vinci) ne s'amusait pas en les dessinant, il les a faites en savant, en géomètre, en professeur d'histoire naturelle. Il n'a eu garde d'omettre la moindre verrue, le plus petit poil.
Baudelaire, Curiosités esthétiques, Quelques caricaturistes étrangers, III.
——————
omis, ise p. p. adj. Omis.
CONTR. Comprendre, compter, confesser, consigner, constater, dire, exécuter, songer (à qqch.).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • omettre — Omettre, act. penac. Omittere. Omettre quelque chose à dire ou faire, Praetermittere, Praeterire. Omis, Omissus, Praetermissus …   Thresor de la langue françoyse

  • omettre — (o mè tr . Il est de tradition, quand on dit le vers de Racine, Plaid. III, 3 : Je vais, sans rien omettre et sans prévariquer, Compendieusement énoncer, expliquer.... qu on prononce pédantesquement obmettre) v. a.    Se conjugue comme mettre.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • OMETTRE — v. a. (Il se conjugue comme Mettre. ) Manquer, soit volontairement, soit involontairement, à faire ou à dire ce qu on pouvait, ce qu on devait faire ou dire. Je n omettrai rien de ce qui dépendra de moi pour vous servir. Je ferai tout ce qu il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • OMETTRE — v. tr. Manquer, soit volontairement, soit involontairement, à faire ou à dire ce qu’on pouvait, ce qu’on devait faire ou dire. Je n’omettrai rien de ce qui dépendra de moi pour vous servir. Sans rien omettre. Il a omis ce qu’il y avait de plus… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • omettre — vt. , oublier, négliger, involontairement : => Oublier. A1) omettre volontairement : pâ ptâ <ne pas mettre> (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Omettre — III гр., (avoir) P.p.: omis 1) Упускать, пропускать 2) Забыть Présent de l indicatif j omets tu omets il omet nous omettons vous omettez ils omettent …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • sauter — [ sote ] v. <conjug. : 1> • v. 1180; lat. saltare « danser », de salire « sauter » I ♦ V. intr. 1 ♦ Quitter le sol, abandonner tout appui pendant un instant, par un ensemble de mouvements (⇒ saut); franchir un espace ou un obstacle de cette …   Encyclopédie Universelle

  • oublier — [ ublije ] v. tr. <conjug. : 7> • ublier 1080; oblider Xe; lat. pop. °oblitare, de oblitus, p. p. de oblivisci I ♦ 1 ♦ Ne pas avoir, ne pas retrouver (le souvenir d une chose, d un événement, d une personne). J ai oublié son nom. J ai… …   Encyclopédie Universelle

  • négliger — [ negliʒe ] v. tr. <conjug. : 3> • 1355; lat. negligere 1 ♦ Laisser (qqch.) manquer du soin, de l application, de l attention qu on lui devrait; ne pas accorder d importance à. ⇒fam. se ficher (de). Négliger ses intérêts, sa santé. ⇒ se… …   Encyclopédie Universelle

  • omis — omis, ise [ ɔmi, iz ] adj. et n. m. • obmis 1690; de omettre 1 ♦ Que l on s est abstenu ou que l on a négligé de considérer, de mentionner, de faire. Ajouter une référence omise. 2 ♦ N. m. (1907) Jeune homme qui n a pas été recensé par l autorité …   Encyclopédie Universelle